Réception de nos amis anglais
AccueilLes jumelagesLe Club
 

 

La dernière réception de nos amis Anglais à Viry-Chatillon, (un week-end tous les deux ans)

s'est déroulée du 16  au 19 septembre 2011.

 

Nos adhérents hébergent nos visiteurs.  La journée du samedi 17 fut organisée par notre Club,

et celle du dimanche 18 par nos familles françaises.

 

Voir aussi    "Le principe du jumelage"

En voici le reportage :

 

L'accueil

 

Nos amis anglais sont arrivés le vendredi 16 septembre en fin d'après-midi. Nous les avons accueillis à la Ferme de Viry Châtillon où nos Présidents Ewa HOSPOD assistée de Françoise JARRY, et Brian DAVIS, ainsi que M. Paul DA SILVA (adjoint au Maire), après leurs discours d'accueil respectifs, nous ont invités pour  le verre de l'amitié.

En cadeau de bienvenue, chaque famille anglaise a reçu de la part de la municipalité, un petit  sac cadeau contenant une bouteille de bière, un ballotin de chocolats, et un CD  de la chorale de Viry Chatillon.

 

Les discours de nos Présidents

La jeunesse arrive

 

Accompagnés de nos hôtes, nous avons regagné nos domiciles, pour dîner et longuement discuter, contents de nous retrouver.

La journée du samedi 17, nous a permis de visiter la Ville d' AUXERRE

 

La visite  de la ville d' AUXERRE

Auxerre est une ville d’Art et d’Histoire. Elle conserve une forte identité médiévale. avec ses nombreuses maisons à pans de bois, héritage du Moyen-âge, et quantité d’édifices religieux

 

La capitale de la Basse Bourgogne s’étage sur les bords de l’Yonne, position qui lui conférait autrefois une importance commerciale grâce à son port fluvial qui voyait transiter quantité de marchandises. :

- barges charriant les pierres dorées de Bourgogne pour la construction des palais parisiens,

- barriques de vins destinés au port parisien de Bercy,

- radeaux de bois flottés descendus des forêts morvandelles,

- même les cendres de bois y étaient commercialisées pour la lessive du linge.

 

Sur la place Saint-Nicolas, l’ex relais du Coche d’eau pourrait témoigner de ce riche passé

 

Séparés en deux groupes, et pendant que le premier embarque pour une petite croisière, nous visitons rapidement la vieille ville.

 

 

Nous partons à la découverte de la ville, sur les traces de Cadet Roussel (huissier à Auxerre dont les déboires sont célèbres) en suivant les flèches en bronze à l’effigie du personnage, scellées dans le sol. 5 km de circuit allant à la rencontre de 67 monuments ou édifices remarquables.

Nous rencontrerons également la poétesse locale, Marie Noël.

 

L’abbaye Saint-Germain domine le quartier de la marine. Elle fut construite autour du tombeau de Saint-Germain, premier évêque d’Auxerre, et devint un haut lieu de pèlerinage. C’est un complexe monastique remontant au 5ème siècle. On y a découvert de vénérables cryptes carolingiennes. Elle présente un sublime cloître, de magnifiques salles telles la salle des moines.

 L’église abbatiale date des 13/14èmes siècles.

L’ancienne cathédrale Saint-Etienne, élégant édifice du 13ème siècle est un chef d’œuvre du gothique. Récemment restaurée, elle éblouit par ses lignes harmonieuses et ses splendides vitraux.

Dans la crypte romane, une fresque rarissime :    le Christ à cheval entouré de 4 anges.      

 

Le fleuron de la ville est la célèbre et magnifique Tour de l’Horloge au cœur du secteur piétonnier. Ce quartier présente une allure cossue et bourgeoise avec ses rues bordées de maisons colorées à pans de bois et ses commerces

 

Après ce périple historique un peu rapide, nous voici embarqués sur l’Hirondelle pour une croisière sur l'Yonne, vers l’entrée du canal du Nivernais avec le passage d'une écluse. Nous découvrons alors une superbe vue sur les flèches et les chevets des églises s’étageant dans le méandre du fleuve, se découpant sur l’azur du ciel.

 

Paul Bert

 

L'heure avançant, un frugal déjeuner à la terrasse du Biarritz, et nous repartons vers le car en repassant par les vieilles rues, pour la suite de nos visites. Sur une terrasse voisine, des jeunes boivent des "colonnes de bières", en préparation du match de foot prévu en soirée.

 

 

Après-midi consacré à la visite des Caves de BAILLY-LAPIERRE produisant d’excellents vins de Bourgogne rouges et blancs, mais aussi le célèbre Crémant de Bourgogne.

 

L’exploitation des carrières souterraines de Bailly remonte au 12ème siècle. La pierre calcaire de très bonne qualité a servi jusqu’au 20ème  siècle à la construction de monuments, châteaux et églises. Le transport était facilité par la rivière Yonne qui coule au pied des carrières. Puis en 1927 la carrière devient champignonnière. Enfin, en raison de son humidité et de sa température constante, elle est aménagée en une gigantesque cave.

 

Des sculptures animent les salles dont l’une évoque le transport fluvial.

 

 

La soirée en commun

 

Notre soirée en commun rassemblant toutes les familles s’est déroulée à la Ferme de Contin, à Paray Vieille Poste, ville voisine de Viry Chatillon. Le repas fut suivi d’un  quiz concocté par Philippe LOTTON , portant sur des phrases célèbres attibuées à des personnages célèbres et connus.

 

Pour revoir ce Quiz, cliquez ici

 

 

Rappelons qu’à travers les siècles, le village de Paray et son écart Contin ont eu une vie très discrète : la concentration de deux grosses fermes, l'éloignement d'un axe routier important et l'absence d'un cours d'eau condamnent le village à végéter.

En 1790, on a estimé sa population à seulement 60 habitants.

La grande ferme de Contin à cour carrée fut propriété ecclésiastique de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris, du haut Moyen Âge à la Révolution. Différentes dynasties de grands fermiers se sont succédées pour cultiver avec de nombreux ouvriers agricoles les 150 hectares de terres céréalières du plateau.

 

Pourquoi la Vieille Poste ?

Durant de nombreux siècles, des messagers ont transporté "les nouvelles" pour le compte de hauts personnages, mais le véritable service postal est créé par Louis XI (1461-1483) en 1479. Il fait mettre en place des relais toutes les 7 lieues (soit environ 30 kilomètres).

De Paris à Fontainebleau, on pouvait rencontrer un relais à Villejuif et un autre à Juvisy-Fromenteau. En 1648, le relais de Juvisy est déplacé à Ris et un relais intermédiaire est installé aux confins d'Orly : la Poste du Longboyau.

En 1710, le relais de Juvisy est rétabli, la Poste du Longboyau ferme et le carrefour est alors baptisé  « La Vieille Poste ».

Dès le XIXe siècle, la Vieille Poste prend de plus en plus d'importance en raison, d'une part de sa situation de carrefour principal de plusieurs communes et d'autre part de sa proximité de la route de Fontainebleau.

 

 

 

 

Le dimanche 18 septembre, libre en famille

 

Une promenade dans Paris

 

En ce week-end des Journées du Patrimoine, il était difficile de proposer à nos amis Anglais une sortie pas trop bousculée… Paris offrant une mine de possibilités, nous, 3 Anglais et 4 Français regroupant 3 familles hôtes,  émergeons du RER Saint Michel pour flâner autour de Notre-Dame de Paris  ainsi que de musarder square Jean XXIII et admirer les mouvements des bateaux sur la Seine. 

La cour intérieure de l’Hôtel-Dieu, le plus vieil hôpital de Paris, surprend par la richesse de son architecture.

 

 

La Place de l’Hôtel de Ville ravit nos hôtes. Et si on tentait la visite? c'est le jour idéal avec cette fête du Patrimoine. Coup de chance, une modeste file devant l’entrée. L’Hôtel de Ville offrant un espace assez vaste pour accueillir un grand nombre de visiteurs, la visite se déroula très agréablement.

 

Un peu d'histoire : Dès le 13ème siècle, Paris est administré depuis la Maison des Piliers, en bordure de la Place de Grève, lieu de transit des marchandises, et son rôle sera conforté par Etienne Marcel en 1357.

L’édifice tombant en ruine, François 1er demanda à l’architecte italien Boccador, de construire un nouvel hôtel de ville, mais qui ne sera achevé qu'au 17ème siècle.

En 1789, le premier maire de Paris, Jean-Sylvain Bailly y accueille Louis XVI pour lui remettre la cocarde tricolore. En 1848, après la chute de Louis-Philippe, le gouvernement provisoire s’installe à l’Hôtel de Ville. Le préfet Haussmann fait dégager le lacis de ruelles l'entourant, pour donner de la majesté à la place qu'il domine. Puis en 1870, le désastre de Sedan soulève la colère du peuple qui s’empare du pouvoir et installe la "Commune de Paris" à l’Hôtel de Ville. La répression des Versaillais en 1871 conduira à l’incendie du bâtiment ainsi que du château des Tuileries. Il sera alors reconstruit à l’identique entre 1874 et 1882.

En août 1944, c’est depuis le balcon d’honneur que le Général de Gaulle a proclamé :

« Paris, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré. ».

La façade du Palais est fidèle à l’original dessiné par Boccador, dans les niches des 4 façades, 146 statues représentent des personnalités et des villes de France. Le sceau des marchands d’eau du 13ème siècle est incrusté au centre de la Place. Il est à l’origine des armoiries de Paris représentant une nef  ballottée par les flots « Fluctuat nec Mergitur ».

 

La visite :

L’Escalier d’Honneur mène à la Salle des Fêtes et aux Salons de réception. La riche décoration mi-Renaissance, mi- Belle Époque, témoigne de l’art de la 3ème République. Nombre de peintres et de sculpteurs furent appelés à faire du bâtiment un véritable Musée d’art à la gloire de Paris.

 

La Galerie des Métiers est éclairée de vitraux glorifiant les diverses activités architecturales et artistiques.

  

 

Le Salon des Arcades exalte la capitale des Sciences, des Arts et des Lettres. (Médaillons à l’effigie de Ampère, Arago, Poussin, Rameau, Molière, V. Hugo.).

 

 

Dans le Salon Puvis de Chavannes, les peintures murales, évoquent l’Été et l’Hiver, parmi une profusion de cariatides, de rostres…

    Le plafond du Salon des Lettres est une allégorie à la gloire de Paris. « Les muses parisiennes unies dans le ciel font un cortège triomphal à la ville de Paris drapée de rouge ».

Dans le Salon des Sciences, des panneaux représentent les 4 éléments : Air, Terre, Eau, Feu.

Les métiers d'arts sont bien représentés avec leurs stands d'exposition, tels que le menuisier parqueteur, le serrurier, le service d'entretien, et bien d'autres.

 

 

 

Dans la Salle à Manger, les tableaux et les statues évoquent l’agriculture au 19ème siècle. 80% de la population en vivait, c’est pourquoi l’Hôtel de Ville lui rend hommage.

Les 8 statues évoquent la vendange, la moisson, la pêche, la chasse, le chant et le toast. Au plafond un superbe tableau représente le labour mené par des bœufs. (ci-dessus).

 

La Salle des Fêtes évoque le luxe des réceptions parisiennes. Elle est inspirée de la Galerie des Glaces à Versailles. Le décorateur rend hommage à l’Agriculture grâce à laquelle Paris peut donner de somptueux festins

 

 

La visite se poursuit par la bibliothèque, le Bureau de l’ancien Président du Conseil Municipal, la Bibliothèque du Conseil, la Salle du Conseil, la Salle de Travail des conseillers et le Bureau du Maire.

 

 

Nos hôtes étaient ravis de leur visite, mais un peu harassés.  Après une pause café, nous avons enchaîné sur les Hôtels du Marais qui ont toujours beaucoup de succès. Simple balade autour des jardins de l’Hôtel Carnavalet, la Place des Vosges, les jardins de l’Hôtel de Sully et le Faubourg St-Antoine.

La façade de l’Hôtel de Sully s’orne de 2 allégories : la jeunesse représentée par un jeune homme portant les attributs de la chasse et des fruits  et  la vieillesse représentée par un vieillard s’appuyant sur un bâton autour duquel s’enroule un serpent …

Arrivés Place de la Bastille, ce fut l’occasion de glisser quelques mots sur ce lieu historique à l’origine de notre Fête Nationale.

 

 

 

Et enfin, au matin du lundi  19 septembre, avec de petits yeux, après ce week-end bien chargé, nous raccompagnons nos amis Anglais, le vague à l'âme, auprès de leur car, pour qu'ils puissent rentrer chez eux, leurs têtes pleines de bons souvenirs ...

 

 

A la prochaine !          

 

Pour revoir la réception de nos Amis Anglais en Mai 2009, cliquer sur ce lien.

Pour revoir la réception de nos Amis Anglais en Mai 2007, cliquer sur ce lien.

Pour revoir la réception de nos Amis Anglais en Septembre 2005, cliquer sur ce lien.

Cliquez ici

Copyright (C) 1988 - 2013       Club Viry - Wokingham        Tous droits réservés.

Pour tous renseignements complémentaires : Nous contacter